Parentage Tranches de vie

Alors, dis-moi ! C’est vrai que passer de trois à quatre ça ne change rien ?

29 mars 2016

IMG_6414_tous

« Alors, dis-moi, ça change quelque de passer de trois à quatre enfants ? »

Cette question, c’est celle que je posais à nos amis qui ont déjà quatre (grands) enfants.

Et souvent, une réponse et ses variantes que je résumerai en :

— Ca roule tout seul, le petit dernier suit le mouvement.

Qu’en est-il dans les faits ?

Voilà 20 mois que nous sommes six au Terrier.

Qu’est-ce qui n’a pas changé ?
Qu’est-ce qui a changé ?

Ce sont les questions que je me suis poser pour avoir ma réponse.

Les non-changements :

Le côté matériel.

Au passage de deux à trois loupiots, nous avons changé de voiture pour une sept places.
La voiture n’a pas changé depuis.
Nous aurions aimé, mais ce n’est pas une priorité.
Le plus compliqué est quand nous partons en vacances (ça va c’est qu’une fois l’an). Notre ainé étant assis sur un siège du coffre, il ne reste plus qu’une moitié de coffre ; et si on la remplie, il ne sort plus…
Il y a toujours des solutions qui s’offrent à nous comme emprunter (ou louer) une voiture, mettre un coffre de toit ou une remorque. (ou bien encore prendre les transports en commun chargés comme des baudets, se faire livrer autrement les bagages, louer sur place… ).

Nous n’avons rien acheter de plus en puériculture.
Déjà parce-que nous avions des enfants précédents, mais aussi parce qu’avec l’expérience, nous nous sommes reconnus dans la pratique au quotidien de la motricité libre, qui ne nécessite pas grand chose si ce n’est un tapis confortable à mettre au sol.

Est-ce qu’on dépense/consomme plus alors ?
En vêtements, en nourriture ?
(ces questions intéressent beaucoup)

Concernant les vêtements, j’ai conservé les vêtements des enfants, la famille et les amis nous transmettent également.
Je suis très adepte de « vide-dressing », sur le site éponyme, ou en plus privé, sur des comptes instagram.
Je dépense peu pour la dernière (je craque quand même dès que je vois des mignonneries en magasin je vous rassure).
Pour les plus grands, (qui poussent comme de champignons) je prends dans des enseignes qui font du confortables, bon marché, sans négliger la qualité.
Le budget vêtement est donc raisonnable et pas plus important que lorsque nous étions à quatre et que j’achetais principalement du neuf (et non promoté).

Côté nourriture – et déchets.

Depuis la naissance de la Souricette, nous progressons chaque jour dans notre style de vie.
Nous achetons de plus en plus bio et/ou local – mon Ours cuisine beaucoup.
On se sert du Drive pour contrôler nos achats (donc pas d’achat d’impulsion) et on achète directement chez les artisans de notre ville.

Par conséquent on fait moins de déchets plastiques.
Les déchets que nous avions sont pour nos poules ou le compost.
Nous donnions aussi nos restes avant à Cawette.
(Quand nous sommes parties en vacances l’été dernier, j’ai eu un mal fou à mettre à la poubelle nos restes de nourriture…cela ne fait définitivement plus partie de nos habitudes de jeter sans ce soucier).

Les routines.

La danse du linge et des repas est déjà en place.
Côté lessive, je me suis toujours sentie envahie, même quand on était que trois.
Comme dans tous les foyers, le panier n’est jamais vide.
On trouvé un rythme et les enfants doivent plié chaussettes et sous-vêtements régulièrement. (La panière est à dispo dans un coin secret du séjour).
Donc les enfants sont sollicités pour aider.
Ce n’est pas encore assez naturel je trouve (il faut souvent leur demander/rappeler).
J’aimerai que ce soit plus organisé avec peut-être un tableau des corvées, mais je ne suis pas à l’aise avec l’esprit militaire ni avec le fait que les enfants est l’impression d’être encore à l’école quand ils sont chez eux.
Je mets un point d’honneur à ce qu’ils comprennent que ce qu’il font dans la maison, c’est pour la maison et le bien-être de ses habitants et non « pour aider maman et papa ». Il me semble que c’est important pour ne pas tomber dans certains travers.

Pour les trajets du quotidien qui puisent beaucoup d’énergie aux parents, nous avons fait le choix d’une vie de quartier.
Nous faisons donc les aller-retours école/crèche à pieds.
Peu importe le temps, on aime ces moments de marche le nez dans le vent.
Cela peut être source de stress, souvent par le fait que nous devons traverser une route très passante où les conducteurs préfèrent tenter d’écraser les piétons pour arriver à l’heure au bureau, que de s’arrêter 4O secondes pour nous laisser traverser. Pourtant on dit merci merdalors.
(Je suis bien heureuse de ne pas être cette personne dans un état déficient, complètement transformée par la carcasse dans laquelle il se trouve.)

L’arrivée d’un quatrième n’a pas bouleversé pas les routines installées.
Effectivement, les mises au point que la famille a dû faire avec le passage au stade famille nombreuse sont acquises, et le petit quatrième s’y insère facilement.
Même pas peur de sortir avec les quatre !

Les changements :

Le temps

Indéniablement, le temps.
Le temps, contrairement au cœur, ne se gonfle pas.
Du coup il faut trouver ailleurs ce temps pour l’autre – pour soi aussi.
Se lever plus tôt, se coucher plus tard ?
Travailler moins ?
Mieux répartir les tâches entre conjoints ?
Ce sont des pistes…

En ce qui nous concernent, on a fait le choix de travailler différemment.

La fatigue

J’ai trouvé la première année de vie à six plus douce que celle qui suit son cours actuellement.
J’étais encore de le cocon de la maternité. Maintenant que j’en suis sortie, je me frotte à la rudesse.
L’enfant qui n’est plus un nourrisson est censé (aux yeux de la société) faire ses nuits, et être un minimum autonome (il marche non ?).
La vérité, c’est que tous ne font pas leur nuit. Ma Souricette les fait depuis deux mois, sauf quand elle est malade comme tous – ou presque – les enfants…
Et puis, les centaines d’heures où je n’ai pas dormi, elles ne se sont pas évaporées (malheureusement)…
Elle marche, mais bien souvent, surtout après une journée de crèche, elle ne veut que mes bras.

La fatigue, elle passera sans soute, en attendant, oui avoir un enfant de plus rajoute de la fatigue au couple.

Le ménage

C’est simple, j’ai l’impression de ranger tout le temps.
Je ne suis pas maniaque, mais j’ai besoin d’y voir clair et d’un minimum de propreté.
Et c’est compliqué à six, et même avec des routines d’installées.
Les enfants doivent aider, débarrasser, nettoyer s’ils salissent, mettre au sale leur linge…
Ils le font mais ce n’est pas suffisant.
Le ménage d’une maison de famille nombreuse prend un temps considérable, surtout parce-que les repas sont fait-maison et que du coup la cuisine doit être nettoyée trois fois pas jour.
Et qu’on travaille à côté…

En résumé.

Oui ou non cela change t-il de passer de 3 à 4 ?

Ma réponse est Oui.
Indéniablement quand on accueille un nouvel être, on lui fait une place, rien n’est plus comme avant.
Il faudra alors réajuster l’équilibre familial.
Et cela même si notre quatrième enfant était attendu (on en parlait entre nous, aux enfants avant même sa conception, elle nous « manquait » quand on vérifiait qu’on était tous le bon nombre lors des sorties…)
Mais je crois avec le temps, ce qui est vraiment puiseur d’énergie, quand un enfant rejoint une tribu, c’est la période de 0-3 ans.
Un enfant a besoin de bras pour le bercer, consoler, soigner, il a donc besoin d’une présence entière.
De temps que vont lui accorder les parents.
Je sais très bien que les parents d’ado se disent – et m’ont déjà dit :

« ha ha profite, tu verras quand ils sont grands, c’est plus compliqué.
Petits enfants, petits problèmes. Grands enfants, grands problèmes.’

Certes nous n’y sommes pas encore, mais je crois qu’une fois parent d’ado, on oublie sans doute la fatigue intense et on revoie avec (trop de) nostalgie leur bouille de bébé.

Coté matériel et planète-friendly, la famille nombreuse n’est pas plus consommante.
Il y a tout à tas d’astuces qui en deviennent des habitudes de vie à adopter.
De ce fait côté budget, de trois à quatre ça n’a pas trop bougé.
J’aime pas les chiffres mais je suis quand même les comptes hein !

Ce sera le côté mental qui va subir.
Car il faut de l’énergie, ça c’est certain !

Pour pallier à cette énergie dont un parent de famille nombreuse a besoin, nous misons sur une nourriture saine et le sport.
Mon Ours fait du running et du fitness.
Quant à moi je pratique le yoga 1H30 à 2H par semaine, je fais également du fitness à la maison et je souhaiterais découvrir la méditation.
Nous marchons également beaucoup, plus que nous roulons. Je suis persuadée que marcher aide beaucoup plus à avoir un comportement zen que de conduire une voiture.
Ensuite, nous regardons vraiment peu la télé. Une fois les enfants couchés, on discute, on termine un boulot, on prend un bain… on se détend et on va se coucher vers 22H-22H30 pour pouvoir dormir au plus tard à 23H. (je suis une dormeuse et j’ai besoin de 8h de sommeil pour être en forme)

Il y a toujours des ajustements à faire, parce qu’un enfant est malade, un projet fait irruption ou un autre devient envahissant … mais on s’améliore au grès que nous grandissons tous.
C’est sur cela que je voulais conclure, on s’adapte.

On entend de source sage qu’il faut dormir, s’entraider, s’aimer.

… et tout ira bien !

IMG_6414_lifeislife IMG_6414_tracetaroute IMG_6414_Z

J’ai choisi ces photos avec un ciel bleu, un chemin, la nature, ma famille… car tous ces symboles me parlent beaucoup.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi

22 Commentaires

  • Répondre Quatre Enfants 29 mars 2016 at 12 h 18 min

    Je me retrouve beaucoup dans ton billet. Beaucoup de point communs comme la vie de quartier, le linge qui s’accumule ou la volonté de ne pas imposer de planning militaire à ma troupe, tout en leur demandant de participer. Autre point commun, l’énergie demandée pour gérer la période 0-3 ans, surtout la période 2-3 ans d’ailleurs ! Tu as une très jolie famille 😉
    A bientôt

    • Répondre Myzotte 30 mars 2016 at 8 h 47 min

      Merci !
      Ah oui la dernière entre dans la phase dite terrible two et c’est particulièrement energivore. Elle refuse de se changer, et pourrait passer sa vie dans les escaliers (on est servis chez nous avec une maison bel étage).

  • Répondre Marion 29 mars 2016 at 12 h 54 min

    Bonjour Myzotte,

    Je ne crois pas avoir déjà commenté sur ton blog, pourtant je le lis souvent… Mais là, tu poses LA question qui me taraude depuis plusieurs mois, et à laquelle je n’arrive pas encore à répondre…!
    Nous avons 3 enfants de 7 ans et demi, 4 ans et 17 mois, et nous adorons notre famille, mais voilà, j’ai toujours voulu 4 enfants (nous étions 4 à la maison quand j’étais petite, et j’ai beaucoup aimé), et mon mari a toujours rêvé d’une grande famille lui qui est fils unique. Mais au quotidien, nos 3 bambins nous occupent énormément, notre aîné est très demandeur d’attention (c’est un petit zèbre), et nos petits ne sont pas autonomes… Du coup, notre envie de quatrième est toujours bien présente, pour ma part je crois que j’y pense presque tous les jours! En ce moment, je me surprend même à chercher quelqu’un d’autre une fois que j’ai localisé les 3… Très bizarre. Mais j’avoue que la fatigue supplémentaire me fait peur, je crie déjà trop à mon goût, je perds patience trop souvent… Mais alors que faire??? Faire le « deuil » de ce dernier enfant, c’est vrai, nous en avons déjà 3 magnifiques et ils vont très bien! Pourtant une grande fratrie c’est précieux je trouve. Et ce petit dernier, il est déjà tellement présent dans notre esprit…
    Bref, je suis désolée, je te raconte ma vie, mais j’ai trouvé la coïncidence tellement troublante, que je me suis permise…
    Votre famille et vos photos sont superbes, on y ressent beaucoup de bonheur!
    Je vous souhaite une belle semaine,
    A bientôt par ici peut-être…
    Marion.

    • Répondre Myzotte 30 mars 2016 at 8 h 58 min

      Super ton 1er commentaire Marion. Il ne faudra pas t’arrêter là. Les commentaires ça fait très plaisir et ça motive à continuer de publier.
      Oui les coïncidences sont nombreuses, je suis bien d’accord 🙂
      Du coup tu vas en savoir un peu plus sur moi … Quand mon troisième avait un peu près l’âge du tien, on savait qu’on voulait un 4e, mais j’étais encore épuisée… mon Ours lui, ça faisait depuis les 1 ans du troisième qu’il voulait se lancer dans l’aventure, mais c’est moi qui freinait… Finalement on a tenté alors qu’il avait un peu moins deux ans et j’ai fait une fausse couche, la 1re de ma vie… Finalement la vie a suivi son cours et je suis tombée à nouveau enceinte en fin d’année, j’étais requinquée suite à de bonnes vacances estivales. Et c’était parfait comme cela (même si j’avais imaginé que chacun de nos enfants auraient deux ans « civil » d’écart). La vie fait bien les choses. Ne fais pas ton deuil 🙂 A bientôt !

      • Répondre Marion 30 mars 2016 at 9 h 20 min

        Merci beaucoup pour ta réponse!
        Moi aussi j’ai fait une fausse couche avant ma troisième… En fait, on est pas encore en essai bébé😉, on arrive pas à prendre de décision… J’ai l’impression qu’il ne faut pas trop réfléchir non plus😅, mais être conscient tout de même du bouleversement que cela va engendrer, ou non… Si on se lance, ce sera cet été je pense. On verra bien, on se laisse encore quelques semaines pour mûrir notre choix, mais c’est un vrai dilemme pour nous, entre notre désir de petit dernier (qui nous parait souvent déraisonnable), et notre crainte de perdre pied avec la fatigue et la tension qui en découle…!
        En tout cas, je prends ton ton article comme un clin d’oeil, et peut-être que comme pour toi, les vacances de cet été seront le déclic…
        Je te souhaite une très bonne journée,
        A bientôt

        Marion.

        • Répondre Myzotte 31 mars 2016 at 9 h 38 min

          Oui j’avais compris que vous n’étiez pas en essai mais en réflexion – mais c’est vrai qu’en me relisant le message que je voulais transmettre n’est pas clair 😉
          N’hésite pas à revenir commenter et me donner des nouvelles 🙂
          Bonne journée Marion.

  • Répondre Marion 29 mars 2016 at 14 h 10 min

    ah oui et j’ai complètement oublié de te remercier pour ta réponse, qui est beaucoup plus honnête que celles que j’ai pu avoir jusque là…!

    Marion.

  • Répondre Marine 29 mars 2016 at 14 h 36 min

    Merci pour ce billet, j’étais tres curieuse de te lire!
    Je trouve qu’on a à peu près le même mode de vie que vous avec « seulement » 3 enfants: on s’entretient plus, on fait plus de sport qu avant, on fait plus attention à notre hygiène de vie et alimentation, pour tenir le coup… Souvent on se dit que sans sport on n’y arriverait pas (on est moins fatigués avec trois qu’avec 1!)

    On vit sur une colline et on doit faire plein de choses en voiture… C’est assez fatigant niveau logistique… Et dans quelques mois on va changer ca puisqu’on va vivre dans un plus grand logement… Et en ville!
    On marchera pas mal pour aller à l’école, mais je crois vraiment aux vertus de la marche, quelle que soit la météo -bon ça va à Nice ce n’est pas trop dur- (marcher permet une meditation, un défoulement, et offre un sas entre l’école et la maison. Et si les enfants sont pleins d’énergie et équipés de deux jambes ce n’est pas par hasard)

    Je fais du yoga et je ne peux plus m’en passer tellement ça me remet en forme physiquement et moralement.. Et Jean-chou s’éclate dans ses trails!

    Je me retrouve aussi dans ta description des repas industrialisés… Et de la maison à ranger nettoyer tout le temps! (Je suis tout sauf maniaque mais je me suis fait une raison.. Il faut ranger ce n’est même plus négociable)

    Et pour la sept places, on s’est equipès pour l’arrivée de la troisième!
    Ton anecdote m’amuse à propos de çe « quatrième » que vous cherchiez régulièrement… Ca m’arrive aussi, quand je compte les enfants dans la voiture, ou quand on se retrouve tous à table et que la sixième chaise reste vide 😉

    • Répondre Myzotte 30 mars 2016 at 9 h 03 min

      Oui je me retrouve dans pas mal de tes publications ou billets, d'ailleurs, je ne sais pas comment l'exprimer, mais souvent tu écris pour moi si on peut dire, et je suis comblée et ne ressens plus le besoin de m'exprimer 🙂
      C'est génial pour la future habitation ! J'avais lu que vous cherchiez mais je ne savais pas la suite.
      Ah oui mais nous aussi ça le faisait également pour la 6e chaise vide !
      Je crois que je serais presque aussi heureuse que toi quand tu annonceras le 4e 😛

  • Répondre Ginylle 29 mars 2016 at 14 h 56 min

    Quel résumé !! Merci pour les infos, je tâcherai de m’en souvenir pour le jour où je me poserai la question ! Pour l’instant, elles ne sont que deux, nos poupettes (4 et bientôt 2 ans), et si j’avais très envie d’un deuxième enfant après l’aînée, la gestion des deux en bas âge (en dessous 3 ans, donc !) m’a rendu réticente à l’arrivée d’un troisième. Et pourtant, j’aimerai une famille de 4 enfants ! PAUSE pour le moment. On commence à peine à trouver notre rythme…on a déjà les mêmes bases: vie de quartier, consommation raisonnable, rangement standardisé…pour l’instant, je trouve que la clé, ce sont les habitudes, les automatismes ! Voila…commentaire décousu et sans but, mais j’avais envie de te le partager 😉

    • Répondre Myzotte 30 mars 2016 at 9 h 08 min

      Non non ce n’est pas décousu.
      Il faut savoir écouter son corps. Je sais à quel point on peut se sentir vidée, épuisée, alors que pourtant cela semble ne pas transparaitre parce-qu’il faut bien assurer.
      Je suis tout à fait d’accord pour les automatismes, pour certains gestes, je trouve cela vraiment plus long à acquérir mais j’y crois !
      Je me souviens que quand nous étions 4, j’étais bien aussi, et on avait notre équilibre … Cela a peu duré vu que ma 3e grossesse est arrivé inopinément. Mais je crois qu’on aurait pu resté comme ça. C’était 2 ou 4, mais pas 3…

      • Répondre Ginylle 31 mars 2016 at 10 h 04 min

        Oh ce sera 2 ou 4 aussi :-). Trois, ça me paraît bancal 😉
        Troisième grossesse inopinée ? C’était arrivé comment, je ne me souviens plus l’avoir lu ?
        Bien d’accord avec l’écoute de son corps…beaucoup d’amies autour de moi sont enceintes….je sens bien que ce n’est pas encore le moment pour moi. Besoin de savourer le temps retrouvé d’abord. Mais je sens bien que je ne m’arrêterai pas là non plus…;-). Ce qui est le plus bizarre, c’est de me dire que si je devais suivre l’écart entre les deux « aînées », je serai déjà enceinte à l’heure qu’il est…!

  • Répondre Maristochat Bellemam' 29 mars 2016 at 21 h 23 min

    C’est joli et très intéressant. Merci !

    • Répondre Myzotte 30 mars 2016 at 9 h 10 min

      Merci 🙂 A bientôt
      (j’aime beaucoup tes articles, ça me permet de comprendre au mieux la situation de certains de mes proches)

  • Répondre Lucky Sophie 30 mars 2016 at 14 h 11 min

    Oui je retiens une de tes phrases que j’aime beaucoup « Indéniablement quand on accueille un nouvel être, on lui fait une place, rien n’est plus comme avant » ; un supplément de fatigue mais d’amour aussi 🙂 <3

    • Répondre Myzotte 31 mars 2016 at 9 h 39 min

      Oui c’est certain pour l’amour !
      La fatigue s’estompera, l’amour non 🙂

    • Répondre http://www./ 11 juillet 2016 at 3 h 17 min

      Bon. Passou n’aime pas Nabe. C’est son droit. En attendant, le type a ouvert une voie singulière, et rien qu’en cela, c’est intéressant.Vous auriez au moins pu être un peu plus objectifs, en dépit de vos différents avec lui.

    • Répondre http://www./ 11 juillet 2016 at 6 h 45 min

      « C’est également un outil de différenciation que l’on retrouve quasiment depuis les origines de la firme » => elle est bien bonne celle-là.C’est tellement un moyen de différenciation que maintenant tout le monde à un iPhone !

    • Répondre l&m coupons 22 mars 2017 at 10 h 55 min

      Pois ten moito mérito, e máis nestes tempos, que sobreviva dez anos un equipamento de Educación Ambiental, e que ademáis sexa un equipamento decente, no máis amplo da expresión, xa roza o milagreiro.

  • Répondre Mel 6 avril 2016 at 22 h 12 min

    Tu as répondu à toutes les questions que j’avais en tête pour envisager un quatrième ; convaincue ou pas ? Je ne sais pas mais en tous cas tout ton article me reste en tête et je t’en remercie . A bientôt

  • Répondre Eve 27 juillet 2017 at 16 h 54 min

    Merci de cette franchise, de cette objectivité… nous étions 5… Gentil mari a dit stop… j’étais dans la phase de « deuil » d’une nouvelle grossesse… sans vraiment y parvenir… et là, surprise !!! nous attendons Num4 pour mars prochain (oui, c’est tout récent) mais du coup je me pose des questions justement sur la logistique repas/ transport (Gentil mari semble préoccupé par les soucis logistiques, notamment, comme tu le décris si bien, la question des vacances ! …. moi, j’avoue que je suis déjà dans les nuages avec ce cœur qui gonfle, cet amour qui va déborder pour tous… (pardon… les hormones)…
    Bref, merci !!

  • Laisser un commentaire