Mes bottes végétariennes (vegan)

veganbottes_banniere
On entend beaucoup parler de la (vraie) fourrure et des misères faites aux animaux pour la récupérer…

Outre ses convictions personnelles sur le sujet, les campagnes ont eu un tel succès, que la fourrure véritable est devenue ringarde et honteuse d’être portée.

Mais qu’en est-il du cuir ? Lui aussi issu de la peau de bête…
Est-il dans vos têtes un gage de produit de qualité ?
N’achetez-vous que des chaussures en cuir pour être sûr de leur confort et résistance ?
Pourtant le cuir n’est pas plus glorieux que la fourrure point de vue traitement des animaux.

Tout comme il existe de la fausse fourrure, il existe des “faux cuirs” (la lorica ou l’amarra) qui constituent une alternative de qualité.
Les chaussures sans cuir, ça se trouve maintenant dans la plupart des magasins traditionnels (attention il faut aussi vérifier la composition de la semelle, de la doublure, ainsi que des colles utilisées, colle souvent d’origine animale).
…Et même que ces modèles sont souvent moins chers que ceux en cuir. C’est super pour mon budget de famille nombreuse.
Ces chaussures en matériaux synthétiques sont étiquetées par un losange, tandis que les chaussures en cuir sont signalées par la célèbre peau de vache.

J’avais découvert en 2012 la marque Blowfish.
Je suis tombée amoureuse de leur style féminin et décontracté, ainsi que de leur confort.
Aujourd’hui, j’ai craqué sur leurs nouvelles bottes, avec la tige réglable en largeur grâce aux 3 sangles.
Elles sont stylées comme j’aime, elles vont avec tout, et elles s’enfilent facilement (je pense déjà à quand j’aurai un gros ventre ou l’hiver prochain avec le loupiot en écharpe…).

Les Blowfish ALMS que je porte sont des 100% « Vegan Boots ».
Elles sont en PU supérieure et la doublure intérieure est en microfibre.

Je suis actuellement enceinte de 15 semaines.
Merci à mon Ours pour ces photos :

veganbottes_photo1 veganbottes_photo2 veganbottes_photo3
PS : ce billet est un coup de cœur/coup de gueule non sponsorisé !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le rangement

rangement

Un jour, on en a assez de tout ce bazar.

Dans les placards de la cuisine, pris de courage, on se met à ranger casseroles, plats et cocotte.
Verres et bols s’alignent en notes de symphonie.
Denrées périmées et spaghettis oubliées sont lâchement jetées.
Voilà. Satisfaction.
Et puis, un jour, on ne sait comment cela est arrivé, comment cela s’est déroulé,
les casseroles ont la queue dévergondée, la cocotte emboite la soupière,
les verres sont à l’envers et la boîte de riz dégouline.
Voilà. Démotivation.

Dans le placard des enfants, on se dit un casier par enfant, ce serait plutôt la classe.
Alors on sépare les coloriages, on empile les cahiers d’activités.
Chouette, il reste même un compartiment pour le papier blanc !
Voilà. Satisfaction.
Et puis, un jour, on ne sait comment cela est arrivé, comment cela s’est déroulé,
les feutres sont débouchonnés, les papiers chiffonnés au fond des casiers,
les craies écrasées, les cahiers cornés, et les placards impossible à fermer.
Voilà. Démotivation.

Dans les chambres, on achète des meubles à bacs bon marché et bien colorés.
On explique aux enfants que le bac rouge c’est pour les briques en plastiques et que le bac blanc c’est pour les figurines en résine.
Sur l’étagère, on installe les livres et on les trie selon le dégradé de l’arc-en-ciel. C’est jouissivement pédagogique.
Voilà. Satisfaction.
Et puis, un jour, on ne sait comment cela est arrivé, comment cela s’est déroulé,
les LEGOs convoitent les robots, les habits des poupées forment un tapis coloré,
les bouquins jaillissent sur le sol comme des toits parisiens, et les cartes à jouer se collent sous nos pieds comme des vieux mégots jetés.
Voilà. Démotivation.

Mais que s’est-il passé entre ce moment de satisfaction jusqu’à la démotivation ?
Ne cherchez pas de coupable, c’est l’autre.
Pour la cuisine, ce n’est pas moi, c’est mon mari. Il a rangé la vaisselle lavée, il a fait les courses et a joyeusement tout entassé.
Pour les placards à dessin, c’est ni lui ni elle, mais le dernier qui a gribouillé. Il a tout laissé glisser, il a voulu ranger mais tout s’est emmêlé et plus rien ne rentrait. Il a tout abandonné.
Pour les chambres, ce sont les copains-cousins, ils sont venus festoyer, se sont tous amusés, ils ont tenté de réordonner-non-de-leur-plein-gré, mais ils ne savaient pas qu’il fallait trier comme c’était.

On râle, on explique, on demande à ce que cela soit rangé.
Mais rien n’y fait.
Ça chouine, ça grogne, ça clame son innocence et ça justifie l’injustice.

Un jour, on en a assez de tout ce bazar.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le nouveau rythme scolaire : bilan (#2) en janvier

banniere_rythmescolaire

Après un bon trimestre de passé, vient l’heure d’un nouveau bilan.
Avec plus de recul, qu’en est-il de ce nouveau rythme scolaire.
Je vous invite à lire mes deux articles précédents sur le sujet.

Du côté des enfants :

Le Lapi’nous, au CP, a 45 minutes d’aide aux devoirs les lundis, et un jeudi sur deux.
Pendant ces minutes, suffisantes pour qu’il termine la totalité de ses devoirs, voir plus, il a le soutient d’une maîtresse ou d’une aide scolaire et… de ses camarades. Ils sont plus libres qu’en classe et peuvent se poser des questions, copier plus aisément sur le voisin .
Il est ravi de pouvoir vaquer à ses occupations une fois rentré à la maison vers 17H30.
Les mardis, il fait athlétisme. Un sport nouveau chaque trimestre.
Il a déjà fait du hochey, puis du handball et le voilà passé au tennis de table.
Une révélation pour lui ! Cette diversité de sport proposée au sein de l’école peut faire naître des passions, et ça c’est chouette.
enfant1Ils sont accompagnés d’un jeune entraineur professionnel et d’un de leur maître d’école.
Cela se passe dans une salle d’un stade à dix minutes à pieds de l’école. Les enfants quittant les cours à 16H15 prennent donc leur goûter en marchant sur la route vers le stade. Les parents qui le désirent peuvent récupérer leur enfant sur le lieu de sport à 17H15 ou le rechercher à partir de 17H30 à la garderie de l’école.
Le jeudi c’est JEDI ! … Euh, le jeudi c’est escrime. Ai-je vraiment besoin d’en parler ?
Bon ok. Ce sport est fait directement dans une salle de l’école avec un pro qui vient d’une commune voisine. Les enfants adorent ! à tel point qu’ils ont du faire un roulement pour ne pas avoir un groupe trop chargé.
Et le vendredi c’est la fête ! On va les chercher « à l’heure des papas et des mamans » comme dirait la petite sœur.
Bon le lapi’nous n’a pas tout à fait fini, puisqu’il a sa séance d’orthophonie. Mais ça, ça serait plutôt l’objet d’un billet spécifique.

La Cocotte, en MS fait de la danse le lundi. Elle adore danser et faire sa « starlette ». Mais elle n’aime pas la madame qui fait la danse – Cette dame qui sourit peu, et qui à l’entendre semble un peu sévère. Alors à cause de la professeur de danse, elle voudrait arrêter au profit du cirque ou des jeux de société. Mais il n’y a plus de place. Reste la garderie. Ah bah non finalement elle préfère rester en danse… ok.
Le mardi c’est chorale, et encore une fois, si c’est pour faire la future star, elle valide ma poulette.
Par rapport à ces deux activités du début de semaine, elle trouve que c’est « trop long ».
Le jeudi c’est lecture de conte avec une Mamie à la retraite que notre Poupouce affectionne. Elle aime ces moments où ils voyagent virtuellement. C’est d’ailleurs son TAP préféré.
Et le vendredi, c’est… sortie à l’heure des papas et des mamans. Le top !

leonie

Concernant le mercredi, les débuts ont été difficiles. De ne pas avoir de « pause » leur à couter un peu de fatigue, beaucoup en incompréhension et sentiment d’injustice.
Surtout que de ce fait, il y a des devoirs à faire tous les jours pour les primaires.
Aujourd’hui, on peut dire qu’ils y vont plus « légers » et sans râler. D’autant plus que leur petit frère suit depuis janvier le même rythme qu’eux, car il va au centre multi-accueil se trouvant à deux pas de leur école.

Du côté des parents :

Les parents eux -nous- pensent que tout cela est bien organisé, et sommes satisfaits de voir nos enfants éveillés et ouverts à de nouvelles activités pour moindre frais.
Les horaires nous conviennent toujours.
A déplorer le fait que nous ne connaissons pas les intervenants extérieurs. Si on les croise, hop hop hop, ils ne s’arrêtent pas une seconde avec leur sac de sport en bandoulière et filent dans leur voiture.
J’aimerai qu’il y ait un échange avec eux. Et c’est ce que la plupart des parents revendiquent.
Autre point négatif, qui ne concernent pas mes enfants mais des parents d’enfants de maternelles, essentiellement de petits garçons (va savoir pourquoi hein), à la récréation entre la fin des cours et le début du TAP, ils ont 15 minutes, ils jouent dans la cour, sûrement moins surveillés qu’aux autres récréations -car en grand nombre et les professeurs soient parties, soient eux aussi en pause entre deux temps différents- certains « oublient » de prendre leur goûter, d’autre « zappent » d’aller aux toilettes, voir les deux… et les parents retrouvent des enfants affamés et qui font pipi sur le chemin du retour… gloups.
En même temps, ces mêmes enfants doivent acquérir jour après jour de l’autonomie.

La plupart des mamans avec qui je discute ont repris le travail le mercredi, souvent que le matin (elles ont de la chance d’avoir cette flexibilité…), mais se plaignent d’une semaine avec un rythme effréné, sans coupure, car le mercredi après-midi certains ont conservés des activités extra-scolaires et ont aussi les devoirs.
Ceux qui ont dû faire appel à une nounou, ou qui vont à la cantine puis en bus au centre de loisirs de la ville, sont une vingtaine sur une école de 200 élèves environ.
Pour ceux qui pensent que 45 minutes de TAP c’est « trop court », comme dit dans le paragraphe de ma Cocotte, pour elle c’est suffisant, voir long. Il faut dire qu’après une journée de classe, on doit en avoir marre, non ?
Pour les devoirs, c’est un temps suffisant également au CP (pour les classes supérieures je ne sais pas, mais j’espère !). Là où ça devient juste, c’est quand il faut déplacer les troupes, comme le mardi pour mon Lapi’nous. Il fait donc 30 minutes effectives de sport. Il a donc l’envie d’en faire en plus en extra-scolaire, ce qui est une bonne nouvelle pour les associations sportives : dénicher au sein même des école de nouveaux adhérents.

noah

Mon bilan général est donc toujours positif, même si des améliorations seront à prévoir pour la prochaine rentrée.
La communication reste le point primordial entre les équipes enseignantes et les parents, mais aussi avec son enfant.
Je me demande si cela sera « si simple » et « adapté » l’an prochain avec un petite section…

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Je lis tout seul »

janvier2014_lecture

La première période étant passée, le jeune CP doit avoir une démarche de lecteur.
C’est la maîtresse qui le dit.
Le Lapi’nous rapportera chaque week-end, un livre de la bibliothèque scolaire.
Et ça lui plait ! Ouf !
Cette semaine, c’est le livre Regarde-moi d’E.Plocki et J. Melser, de la collection Je lis tout seul – Série C (éditions Mdi).
Ce qui m’a séduit dans cet ouvrage, outre le fait que les textes soient vraiment adaptés aux lecteurs débutants, ce sont ses illustrations.
Oui ! car l’école possède l’édition de 1974 – en très bon état.
Des illus-tra-tions vintages, comme j’aime.

Je vous en laisse découvrir quelques unes :

janvier2014_lecture5janvier2014_lecture3 janvier2014_lecture4janvier2014_lecture2

Rendez-vous sur Hellocoton !

En 2014, je…

voeux2014_myzotte… je ressors mon moodkit !
Au moins jusque juillet 2014.

Belle année à vous tous.
Des tas d’aventures de prévues ici en 2014.
Gardez les yeux écarquillés !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !