« Je sais découper avec des ciseaux ! »

mongaucher
En maternelle, les enfants apprennent à tenir un crayon, puis à écrire.

Ils apprennent aussi à tenir des ciseaux, puis à découper…
Il faudrait mieux inverser l’ordre de ses phrases…
Parce-que, savoir découper, va contribuer à améliorer la motricité fine et donc aider l’enfant à avoir une bonne tenue du crayon pour une écriture fluide !

En ce début de vacances scolaires, on a récupéré les cahiers scolaires des enfants et j’ai pu constater que leur méthode de découpe avait besoin d’être améliorée.
Pas de miracle, il faut s’entrainer !

L’objectif, c’est d’abord de savoir découper en suivant une ligne,
puis de savoir découper de la façon la plus logique et propre sans ligne directrice.

Mais avant de pouvoir atteindre ces objectifs, il faut s’assurer que l’enfant sait tenir ses ciseaux comme il faut :
le pouce à travers l’anneau rond supérieur, et l’index (et le majeur si l’enfant à besoin de force) dans le plus grand anneau.

Si l’enfant manque de force, on peut lui proposer, avant de commencer de découper du papier fin, de faire des jeux en découpant aux ciseaux dans des boudins de pâte-à-modeler, une paille, ou même des aliments mous en faisant la cuisine.

J’ai repéré que ma Cocotte n’avait pas une bonne posture. Pour l’aider à placer ses doigts, je lui ai dessiné un petit visage sur l’ongle du pouce en lui disant que « bonhomme-pouce doit toujours regarder le plafond pour bien découper ».

Nous avons commencé par des exercices simples, comme suivre une ligne droite.
Ensuite, on s’est entraîné avec des formes simples (carré, rectangle, triangle, cercle), en ayant à l’esprit qu’il est au début difficile pour l’enfant de changer de direction (d’angle).Decoupe_guidee La ligne à suivre doit être suffisamment épaisse pour ne pas démotiver.

Si l’enfant peine à suivre une ligne, on peut lui proposer un exercice plus sensoriel, en définissant la ligne à découper par deux bandes rugueuses (papier à poncer). Si l’enfant bifurque, il va être gêné par la bande et va se réorienter de lui-même.

Il faut que l’enfant manipule sans cesse le papier, le tourne grâce à sa deuxième main qui tient la feuille, le réoriente, afin d’avoir une jolie découpe.

Pour avoir un cas concret, après ces petits entrainements, j’ai choisi un visuel de leur jouet favoris sur internet, et je l’ai mis dans des formes, de la plus simple à la plus précise, pour leur montrer les différentes façons de découper une image dans un magazine.
Le but étant qu’en fin d’exercice, ils découpent eux-même leur jouet fétiche dans un catalogue, en choisissant selon eux le meilleur chemin de découpe, pour ensuite coller l’image proprement sur leur liste de Noël.
decoupe-skylander2On se donne rendez-vous demain pour une mise en pratique du découpage ludique et de saison avec un atelier {ré}créatif pour Halloween !

À savoir : Des ciseaux adaptés aux petites mains débutantes, ce sonciseaux-3anst des ciseaux spécifiques pour un enfant droitier ou gaucher, avec deux anneaux de tailles différentes (un petit pour le pouce, un plus grand pour accueillir l’index et le majeur) et des bouts arrondis.


telecharger_les_exercices_de_decoupage

exercices-de-decoupage_visu

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’idée simple du dimanche : le gâteau au yaourt vanillé

gateau_yaourt-1
Le gâteau au yaourt, sans doute la première recette qu’on apprend pendant l’enfance.
Une recette simple et bonne, à faire avec comme simple outils de mesure le pot du yaourt.
Apprécié en dessert du dimanche par les enfants, super pour accompagner la tasse de thé (ou de café) des parents.

Pour un beau gâteau version famille nombreuse de 10/12 parts,
nous avons utilisé :

• 2 yaourts à la vanille – ou nature
• 3 pots de cassonnade (on est Chti ou pas !)
• 3 pots de farine

• 1 pot de maïzena
• 1 pot d’huile
• 2 sachets de sucre vanillé ou 1 cs d’extrait de vanille
• 5 œufs
• 1 sachet de levure chimique

1

Verser les pots de yaourt dans le plat (ici,on prend souvent le grand saladier).
Préchauffer le four (180°).

2

Conserver les pots pour les dosages.

3

Ajouter les œufs et l’huile. Homogénéiser.

4

Dans un autre contenant mélanger les ingrédients secs (farines, sucre, levure)

5

Verser le bol des ingrédient secs dans le premier saladier en effectuant un puit.
Mélanger doucement en évitant les grumeaux.

6

Mettre la pate obtenue dans un moule préalablement beurré  , mettre au four pendant 45 minutes à mi hauteur

7

Enfourner pendant environ 35 à 45 minutes à mi-hauteur, dans un four chauffé à 180°.

gateau_yaourt-2

Bon dimanche !

Rendez-vous sur Hellocoton !

{frian-dise} Le Carnaval de … ?

denise, ville d'italie ?

Denise, Venise. 
Une lettre bouge et on coule.
C’est pas la mère à boire !

Ok, Venise, c’est une ville – je vous assure que la vérité fut dite.
Bien qu’encore aujourd’hui, si vous lui tendez la perche (dis moi quelle ville est remplie d’eau ?), il plonge direct pour Denise.

Les (frian)dises, c’est chaque mercredi sur Mes Doudoux et Compagnie !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le nouveau rythme scolaire : bilan d’ Octobre

une activité qui a du succès proposée par l'école : le cirque

une activité qui a du succès proposée par l’école : le cirque
(mais là c’est pas à l’école hein, c’est une fête de quartier…Regardez, y’a ma BFF avec sa puce là-bas au fond)

Cela fait 6 semaines que les enfants ont fait leur rentrée.

Suite à quelques demandes, je dresse aujourd’hui un bilan de ces 4 semaines avec les TAP (temps d’activités périscolaires)(les activités ont commencé 2 semaines après la rentrée).

Mes deux enfants scolarisés sont en CP et moyenne section (dit MS).
Ils ont tous les 2 les mêmes horaires et déjeunent à la cantine  — c’est bien meilleur qu’à la maison, et on peut jouer à la grande récré avec les copains (c’est eux qui le disent).

Ceux qui le désirent peuvent récupérer leurs enfants à la sortie de 16H15. Il y en a une cinquantaine sur 230 dont la majorité de TPS et PS (parents en congé parental ou nounou).
Nous avons choisi de les mettre en activité – 16H15 me faisant une journée trop courte pour un travail rentable et efficace (je suis gérante).
De ce fait, nous allons les chercher à l’école entre 17H15 et 17H30.
Ils rentrent en ayant goûté (de 16H15 à 16H30) et 2 jours par semaine, mon CP a fait ses devoirs en études avec les maîtresses (dans le cadre des 36 heures que les professeurs ont à allouer pour les APC).

Cela se passe comme suit :
Lundi > mon CP est en étude – ma MS est à la danse (dans la salle de gym de l’école, avec une professionnelle)
Mardi > EPS (hockey actuellement) pour mon CP (avec un entraineur sportif) – Chorale pour la Cocotte (dirigée par une maîtresse volontaire)
Mercredi > pas de TAP, école de 8h45 à 11h45
Avec pour les enfants qui n’ont pas de moyen de garde, une possibilité de manger à la cantine, puis une navette (gratuite) de la ville qui les emmène pour l’après-midi au centre de loisirs.
Jeudi > Escrime en semaine A, étude en semaine B pour le Lapi’nous (avec un professionnel l’escrime) – Lecture de conte pour ma petite MS.
Vendredi > comme mon grand à orthophonie à 16H15, nous allons les chercher à la sortie des « papas et des mamans ».

Comme on l’entend, mes loupiots n’ont pas échappé à la fatidique fatigue.
Avant même que M. Peillon ne le dise, j’étais la première à dire que la rentrée, et tout changement de rythme fatigue.
Mais c’est surtout la Cocotte de 4 ans qui fatigue. Et ma raison, c’est surtout qu’en MS on ne fait plus de vrai sieste !
15 minutes de repos sur une table avec musique classique en fond sonore. Ca apaise, mais ça ne rebooste ma marmotte d’été.
Et puis les maladies qui trainent… ça n’aide pas non plus.

J’ai presque honte de le dire quand je lis de part et d’autres tant d’avis négatifs sur cette réforme : ici ça se passe bien.
Il est certain que si ça se passait comme dans certaines écoles avec des heures des TAP sur l’heure des siestes, des horaires irréguliers d’un jour à l’autre, ou bien des activités médiocres (pliage de papier, perles…), et même du personnel non-qualifié-non-pédagogue, je serais également en colère.

Concernant le personnel non qualifié, j’ai lu des mécontentement de certains d’avoir à recruter des parents bénévoles.
Il y a des parents et grands-parents bénévoles dans notre école, au même titre que certains sont sollicités pour accompagner aux sorties, là des « actifs » se sont proposés pour partager leurs expériences (une maman infirmière propose dans l’année une sensibilisation à l’hygiène, une mamie à la retraite ancienne bibliothécaire fait la lecture de conte – et elle fait également la catéchèse), et moi-même avec mon expérience je serais à même de faire des cours d’Arts Plastiques – mais je ne me suis pas proposée, ils ont embauché un animateur culturel [re]connu ).

Je ne vois pas le négatif. Je touche de la guenon.
Cela nous arrange mon Ours et moi de récupérer les enfants plus tard (avant c’était 16H45).
J’arrive à faire des journée 7H – et le soir je peux continuer à travailler 1H30/2H si besoin, une fois qu’ils sont au lit.
Ils font des activités intéressantes sans sortir de l’école (nous, ça nous évite de faire le taxi en ville), et cela nous coûte 0,66 € par jour d’activité. (quand on sait qu’une année de cours de natation en piscine privée coûte 250 €…).

Les loupiots, pour eux, c’est mitigé.
Enfin l’un est content : mon CP.
Il adore faire du hockey et de l’escrime – Il adore beaucoup moins faire ses devoirs…
Ma Moyenne, un peu paumée par rapport à l’an passé, me demande chaque jour : « demain c’est l’école ? »
— oui
— Et après demain c’est l’école ?
— oui
— Et après après demain c’est encore l’école ?
— oui
— bouhouhou (pleurs) c’est tout le temps l’école ! c’est nul !
Elle est très heureuse d’avoir la pause du mercredi après-midi et le vendredi à 16H15, elle sautille de joie sur le chemin du retour.
Pourtant, elle aime bien les activités (quand elle y est et après pour en parler, mais pas le matin quand il faut « y aller »).
Elle n’aime pas l’école parce-que il faut y faire des exercices, parce-que sa copine n’a pas voulu lui donner la main, parce-que elle ne veut pas manger son goûter…
Autant de choses pour lesquels je suis parfois démunie avec elle – mais qui n’ont rien à voir avec les nouveaux rythmes.

Je sais qu’ailleurs ce n’est pas aussi idylliques, alors n’hésitez pas à me laisser vos témoignages en commentaires.
Que pensez-vous de la façon dont l’école de nos enfants gère cette nouveauté 2013 ?
Auriez-vous aimé la même chose pour vos enfants ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le Yoga pour les enfants

presention_yoga_enfantIl y a quelques temps, je vous avais présenté l’ouvrage-CD Calme et Attentif comme une grenouille, qui propose des exercices de méditation simples pour les petits enfants.

Pour aller plus loin dans l’expérience avec les loupiots, la Cocotte a reçu pour son dernier anniversaire l’album CD Mon premier livre de Yoga.

Destiné au 2-5 ans, je vous assure qu’il plait aussi aux plus grands comme la grande enfant que je suis.
Les exercices sont ludiques, et les supports à la fois auditif (le CD), visuels (les belles illustrations de Marion Billet, également illustratrice des célèbres livres sonores pour les tous-petits), et écrits (les instructions sont décrites par étapes).
Chaque exercice est associé à un animal ou un symbole qui lui même suggère une émotion.
Par exemple, si la colère monte, le mouvement du dragon rouge est tout à fait approprié pour aider l’enfant à éteindre son feu intérieur ;^) — trop top pour ma Cocotte, véritable petite lionne rugissante…
La licorne blanche va aider l’enfant à retrouver son calme après une peur ou une excitation négative.
On trouve aussi des mouvements qui aident à se préparer au sommeil avec la fée Éolis, ou simplement se détendre (mouvement du soleil ou de Merlin le castor).
Il y a en tout 10 exercices qui peuvent servir pour apaiser beaucoup d’émotions rencontrées par l’enfant.

Une des choses importantes à travailler avec le loupiot, c’est la respiration.
Je me souviens, avoir compris très tardivement que je respirais mal.
En lisant le livre, Accoucher en sécurité : Plaidoyer pour choisir une naissance plus naturelle, lors de ma première grossesse, je me souviens de l’auteur, Sophie Gamelin-Lavois, qui explique un moment comment respirer : la bonne façon de respirer (et exit la respiration du petit chien pour accoucher !)… avec le ventre…
Comment ? Quoi ? Avec le ventre ? Mais je crois que je respire avec la poitrine moi :^(…
Voilà comment j’ai (ré)appris à respirer.
Et puis ensuite, encore plus « profondément » grâce à la méthode de Bernadette de Gasquet lors de la rééducation post-partum.
Maintenant je suis capable d’expliquer à mes enfants comment bien respirer, ce qui est la clef d’un mouvement bien réussi en yoga, mais aussi primordial quand il se retrouve seul face à une situation qui lui génère du stresse ou de l’angoisse et qu’il doit retrouver son bien-être.

Si vous souhaitez vous familiariser avant ce type d’achat avec le yoga pour les enfants, le magazine Pomme d’Api partage également des exercices superbement illustrés par Ilya Green, en version papier sur leur mensuel, mais également généreusement sur leur page facebook.

 

illus_yoga1 illus_yoga2 yoga_pdf

Bonne détente les loupiots !


Rendez-vous sur Hellocoton !