Archive for Pensées Oxygénées

Mes bottes végétariennes (vegan)

veganbottes_banniere
On entend beaucoup parler de la (vraie) fourrure et des misères faites aux animaux pour la récupérer…

Outre ses convictions personnelles sur le sujet, les campagnes ont eu un tel succès, que la fourrure véritable est devenue ringarde et honteuse d’être portée.

Mais qu’en est-il du cuir ? Lui aussi issu de la peau de bête…
Est-il dans vos têtes un gage de produit de qualité ?
N’achetez-vous que des chaussures en cuir pour être sûr de leur confort et résistance ?
Pourtant le cuir n’est pas plus glorieux que la fourrure point de vue traitement des animaux.

Tout comme il existe de la fausse fourrure, il existe des “faux cuirs” (la lorica ou l’amarra) qui constituent une alternative de qualité.
Les chaussures sans cuir, ça se trouve maintenant dans la plupart des magasins traditionnels (attention il faut aussi vérifier la composition de la semelle, de la doublure, ainsi que des colles utilisées, colle souvent d’origine animale).
…Et même que ces modèles sont souvent moins chers que ceux en cuir. C’est super pour mon budget de famille nombreuse.
Ces chaussures en matériaux synthétiques sont étiquetées par un losange, tandis que les chaussures en cuir sont signalées par la célèbre peau de vache.

J’avais découvert en 2012 la marque Blowfish.
Je suis tombée amoureuse de leur style féminin et décontracté, ainsi que de leur confort.
Aujourd’hui, j’ai craqué sur leurs nouvelles bottes, avec la tige réglable en largeur grâce aux 3 sangles.
Elles sont stylées comme j’aime, elles vont avec tout, et elles s’enfilent facilement (je pense déjà à quand j’aurai un gros ventre ou l’hiver prochain avec le loupiot en écharpe…).

Les Blowfish ALMS que je porte sont des 100% « Vegan Boots ».
Elles sont en PU supérieure et la doublure intérieure est en microfibre.

Je suis actuellement enceinte de 15 semaines.
Merci à mon Ours pour ces photos :

veganbottes_photo1 veganbottes_photo2 veganbottes_photo3
PS : ce billet est un coup de cœur/coup de gueule non sponsorisé !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le rangement

rangement

Un jour, on en a assez de tout ce bazar.

Dans les placards de la cuisine, pris de courage, on se met à ranger casseroles, plats et cocotte.
Verres et bols s’alignent en notes de symphonie.
Denrées périmées et spaghettis oubliées sont lâchement jetées.
Voilà. Satisfaction.
Et puis, un jour, on ne sait comment cela est arrivé, comment cela s’est déroulé,
les casseroles ont la queue dévergondée, la cocotte emboite la soupière,
les verres sont à l’envers et la boîte de riz dégouline.
Voilà. Démotivation.

Dans le placard des enfants, on se dit un casier par enfant, ce serait plutôt la classe.
Alors on sépare les coloriages, on empile les cahiers d’activités.
Chouette, il reste même un compartiment pour le papier blanc !
Voilà. Satisfaction.
Et puis, un jour, on ne sait comment cela est arrivé, comment cela s’est déroulé,
les feutres sont débouchonnés, les papiers chiffonnés au fond des casiers,
les craies écrasées, les cahiers cornés, et les placards impossible à fermer.
Voilà. Démotivation.

Dans les chambres, on achète des meubles à bacs bon marché et bien colorés.
On explique aux enfants que le bac rouge c’est pour les briques en plastiques et que le bac blanc c’est pour les figurines en résine.
Sur l’étagère, on installe les livres et on les trie selon le dégradé de l’arc-en-ciel. C’est jouissivement pédagogique.
Voilà. Satisfaction.
Et puis, un jour, on ne sait comment cela est arrivé, comment cela s’est déroulé,
les LEGOs convoitent les robots, les habits des poupées forment un tapis coloré,
les bouquins jaillissent sur le sol comme des toits parisiens, et les cartes à jouer se collent sous nos pieds comme des vieux mégots jetés.
Voilà. Démotivation.

Mais que s’est-il passé entre ce moment de satisfaction jusqu’à la démotivation ?
Ne cherchez pas de coupable, c’est l’autre.
Pour la cuisine, ce n’est pas moi, c’est mon mari. Il a rangé la vaisselle lavée, il a fait les courses et a joyeusement tout entassé.
Pour les placards à dessin, c’est ni lui ni elle, mais le dernier qui a gribouillé. Il a tout laissé glisser, il a voulu ranger mais tout s’est emmêlé et plus rien ne rentrait. Il a tout abandonné.
Pour les chambres, ce sont les copains-cousins, ils sont venus festoyer, se sont tous amusés, ils ont tenté de réordonner-non-de-leur-plein-gré, mais ils ne savaient pas qu’il fallait trier comme c’était.

On râle, on explique, on demande à ce que cela soit rangé.
Mais rien n’y fait.
Ça chouine, ça grogne, ça clame son innocence et ça justifie l’injustice.

Un jour, on en a assez de tout ce bazar.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Circulez !

ville_ecranaccueil

Y’a rien à voir…

C’est ce que vous devez vous dire en passant par ici.
(Pardons…)
Cette fin d’année est chargée.
Et c’est une bonne chose !
Voilà un an que je suis gérante.
Tout se passe bien, même si il faut le dire, se faire taxer à tout va donne la nausée.
En attendant, il faut bosser.

L’illustration que vous voyez, c’est un écran d’accueil que j’ai fait pour une business APP.
Le client l’a trouve trop « dessin-animé »
En vérité ça s’appelle du flat design
Vous savez, c’est une des dernières tendances graphiques qui s’est imposée notamment avec le METRO design pour ceux sous windows 8, et tendance plus flat pour IOS 7.
Cette tendance consiste à « rendre plat », c’est à dire épurer les formes, les couleurs - au revoir les ombres floutée et effets aqua désuets.
Je suis une inconditionnelle du logiciel Illustrator depuis mes débuts, autant vous dire que  je peux ressortir des boulots des années 2000, je suis déjà en flat. Vive le flat.

Et vous, vous êtes sensibles aux tendances en matière de graphisme ?
Elle vous convient cette mode d’un design moins réaliste, mais qui va à l’essentiel ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le nouveau rythme scolaire : bilan d’ Octobre

une activité qui a du succès proposée par l'école : le cirque

une activité qui a du succès proposée par l’école : le cirque
(mais là c’est pas à l’école hein, c’est une fête de quartier…Regardez, y’a ma BFF avec sa puce là-bas au fond)

Cela fait 6 semaines que les enfants ont fait leur rentrée.

Suite à quelques demandes, je dresse aujourd’hui un bilan de ces 4 semaines avec les TAP (temps d’activités périscolaires)(les activités ont commencé 2 semaines après la rentrée).

Mes deux enfants scolarisés sont en CP et moyenne section (dit MS).
Ils ont tous les 2 les mêmes horaires et déjeunent à la cantine  — c’est bien meilleur qu’à la maison, et on peut jouer à la grande récré avec les copains (c’est eux qui le disent).

Ceux qui le désirent peuvent récupérer leurs enfants à la sortie de 16H15. Il y en a une cinquantaine sur 230 dont la majorité de TPS et PS (parents en congé parental ou nounou).
Nous avons choisi de les mettre en activité – 16H15 me faisant une journée trop courte pour un travail rentable et efficace (je suis gérante).
De ce fait, nous allons les chercher à l’école entre 17H15 et 17H30.
Ils rentrent en ayant goûté (de 16H15 à 16H30) et 2 jours par semaine, mon CP a fait ses devoirs en études avec les maîtresses (dans le cadre des 36 heures que les professeurs ont à allouer pour les APC).

Cela se passe comme suit :
Lundi > mon CP est en étude – ma MS est à la danse (dans la salle de gym de l’école, avec une professionnelle)
Mardi > EPS (hockey actuellement) pour mon CP (avec un entraineur sportif) – Chorale pour la Cocotte (dirigée par une maîtresse volontaire)
Mercredi > pas de TAP, école de 8h45 à 11h45
Avec pour les enfants qui n’ont pas de moyen de garde, une possibilité de manger à la cantine, puis une navette (gratuite) de la ville qui les emmène pour l’après-midi au centre de loisirs.
Jeudi > Escrime en semaine A, étude en semaine B pour le Lapi’nous (avec un professionnel l’escrime) – Lecture de conte pour ma petite MS.
Vendredi > comme mon grand à orthophonie à 16H15, nous allons les chercher à la sortie des « papas et des mamans ».

Comme on l’entend, mes loupiots n’ont pas échappé à la fatidique fatigue.
Avant même que M. Peillon ne le dise, j’étais la première à dire que la rentrée, et tout changement de rythme fatigue.
Mais c’est surtout la Cocotte de 4 ans qui fatigue. Et ma raison, c’est surtout qu’en MS on ne fait plus de vrai sieste !
15 minutes de repos sur une table avec musique classique en fond sonore. Ca apaise, mais ça ne rebooste ma marmotte d’été.
Et puis les maladies qui trainent… ça n’aide pas non plus.

J’ai presque honte de le dire quand je lis de part et d’autres tant d’avis négatifs sur cette réforme : ici ça se passe bien.
Il est certain que si ça se passait comme dans certaines écoles avec des heures des TAP sur l’heure des siestes, des horaires irréguliers d’un jour à l’autre, ou bien des activités médiocres (pliage de papier, perles…), et même du personnel non-qualifié-non-pédagogue, je serais également en colère.

Concernant le personnel non qualifié, j’ai lu des mécontentement de certains d’avoir à recruter des parents bénévoles.
Il y a des parents et grands-parents bénévoles dans notre école, au même titre que certains sont sollicités pour accompagner aux sorties, là des « actifs » se sont proposés pour partager leurs expériences (une maman infirmière propose dans l’année une sensibilisation à l’hygiène, une mamie à la retraite ancienne bibliothécaire fait la lecture de conte – et elle fait également la catéchèse), et moi-même avec mon expérience je serais à même de faire des cours d’Arts Plastiques – mais je ne me suis pas proposée, ils ont embauché un animateur culturel [re]connu ).

Je ne vois pas le négatif. Je touche de la guenon.
Cela nous arrange mon Ours et moi de récupérer les enfants plus tard (avant c’était 16H45).
J’arrive à faire des journée 7H – et le soir je peux continuer à travailler 1H30/2H si besoin, une fois qu’ils sont au lit.
Ils font des activités intéressantes sans sortir de l’école (nous, ça nous évite de faire le taxi en ville), et cela nous coûte 0,66 € par jour d’activité. (quand on sait qu’une année de cours de natation en piscine privée coûte 250 €…).

Les loupiots, pour eux, c’est mitigé.
Enfin l’un est content : mon CP.
Il adore faire du hockey et de l’escrime – Il adore beaucoup moins faire ses devoirs…
Ma Moyenne, un peu paumée par rapport à l’an passé, me demande chaque jour : « demain c’est l’école ? »
— oui
— Et après demain c’est l’école ?
— oui
— Et après après demain c’est encore l’école ?
— oui
— bouhouhou (pleurs) c’est tout le temps l’école ! c’est nul !
Elle est très heureuse d’avoir la pause du mercredi après-midi et le vendredi à 16H15, elle sautille de joie sur le chemin du retour.
Pourtant, elle aime bien les activités (quand elle y est et après pour en parler, mais pas le matin quand il faut « y aller »).
Elle n’aime pas l’école parce-que il faut y faire des exercices, parce-que sa copine n’a pas voulu lui donner la main, parce-que elle ne veut pas manger son goûter…
Autant de choses pour lesquels je suis parfois démunie avec elle – mais qui n’ont rien à voir avec les nouveaux rythmes.

Je sais qu’ailleurs ce n’est pas aussi idylliques, alors n’hésitez pas à me laisser vos témoignages en commentaires.
Que pensez-vous de la façon dont l’école de nos enfants gère cette nouveauté 2013 ?
Auriez-vous aimé la même chose pour vos enfants ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

La rentrée 2013 se fera avec le nouveau rythme scolaire.

rentreedesclasses

Il y a quelques mois, l’éducation nationale a amorcé la mise en place de la réforme des rythmes scolaires.
Les mairies ont eu le choix d’accompagner leurs écoles dès la rentrée 2013-2014, ou d’attendre 2014-2015.
Celles qui ont décidées de commencer dès cette rentrée bénéficient d’un soutien financier par élève résidant (90€/élève si cela n’a pas évolué depuis). Ce qui devrait prendre en charge -en parti- les frais engendrés par ce changement.

Pour rappel, l’objectif est de réduire les heures de cours, afin que les enfants aient des journées moins chargées, mieux adaptées à leur rythme biologique, et ainsi de faciliter les apprentissages fondamentaux.

L’idée est honorable. Seulement, je pense que le problème est pris à l’envers.
Puisqu’on aura beau changer le rythme des enfants, si on ne change pas celui des parents, on en reste au même, voire pire. Puisque l’enfant passera encore plus de temps -hors heures de cours- dans l’enceinte de l’établissement.

J’ai une amie qui vie en Suisse.
Elle m’a expliquée que là-bas, une fois parent, il devient normal de travailler à temps partiel.
Les patrons sont habitués, et on accepte de voir ses revenus baissés au profit d’un mode de vie différent.

Dans notre pays, il est encore difficile d’obtenir un mi-temps ou même un 80% – du moins dans certaines branches professionnelles…
C’est d’ailleurs une des raisons qui m’a fait devenir gérante-de-moi-même.
Mon ancienne vie professionnelle n’était pas compatible avec ma vie de famille nombreuse, et nous ne sommes pas arrivés à trouver un terrain d’entente avec mes anciens patrons, si ce n’est mon départ volontaire et non-assisté par l’Etat.

Ceci dit, je suis très heureuse de mon destin, même si à l’époque je n’étais pas sereine.

Voilà, en France, le travail ne devait plus rimer avec souffrance.
A l’heure on nous doutons qu’un jour nous ayons une retraite, le travail doit être plaisir.
Arrêtons de croire que parce-qu’on est le dernier à partir de bureau nous sommes vu comme le meilleur employé !
Je crois qu’il devrait aussi y avoir un changement de rythme dans les sociétés françaises, mieux adapté aux vies des familles.
Je ne dis pas travailler moins, mais différemment, et surtout plus efficacement.

Pour en revenir aux rythmes scolaires, mes enfants font donc partis du lot qui passera à 4,5 journées, ou 24H de cours par semaine dès la rentrée 2013.
Etant dans une école privée, il a fallu se « montrer » pour que l’école est le droit à l’argent que la mairie a reçu.
Pourtant, je rappelle que cette somme est pour les enfants habitants la ville, ville où nous payons nos impôts.
Il faut savoir que cette école est tout autant une école de quartier qu’une école catholique, puisque les 3/4 des élèves habitent la ville alors que pourtant le quartier compte trois écoles publiques…
Cette école a le privilège d’avoir garder un esprit de famille, et c’est ce qu’on vient y trouver.

Voilà donc comment ce que propose leur école pour la rentrée prochaine :

Les horaires :
Début des cours à 8H45 (au lieu de 8H30)
Pause du midi de 11H45 à 13H45.
Fin des cours à 16H15 (au lieu de 16H45)
et le mercredi matin de 8h45 à 11h45

A 16H15, les parents qui le désirent pourront venir chercher leurs enfants.
Les autres auront une pause goûter de 15 minutes puis iront soit en garderie, soit en ateliers de 16H30 à 17H15, moyennant une participation de 0,60 € par enfant et par jour de présence pour payer le personnel (il faut 1 encadrant pour 16 élèves).

Les maternelles pourront faire du cirque, de la danse, de l’art plastique, de la motricité, de l’éveil musical, de la lecture de conte, de l’escrime, de la vidéo mais aussi de l’APC (aide pédagogique complémentaire avec l’enseignant qui doit allouer 36H dans son année à ces aides).

Les primaires qui participent aux ateliers auront 45 minutes d’étude le lundi et le vendredi afin de faire leurs devoirs.
Les mardi et jeudi ils pourront faire du cirque, de l’EPS, de la danse, de la musique, des arts plastiques, de l’escrime, de l’APC.

Ces propositions de chouettes activités (je trouve) peuvent avoir lieu grâce à la motivation à l’énergie du futur directeur de cette petite école.
Je suis ravie de ces propositions.
Mon lapi’nous qui s’était déjà essayé à l’escrime à 4 ans et ravie de pouvoir en faire à nouveau.
Nous avons la chance d’avoir un stade non loin et les enfants pourront y aller à pieds.

Cette organisation tiendra si il y a assez de parents ou grands-parents bénévoles en plus des intervenants rémunérés grâce aux aides allouées.

Il y aura un jour où la cagnotte sera vide, et où les parents devront sans doute mettre plus que 0,60 €/par jour de leur poche, mais nous n’y sommes pas encore.

Mes enfants ont la chance d’avoir des parents qui ont aménagé leur vie professionnelle autour des besoins de chacun et nous pourrons donc venir les chercher après leurs activités à 17H15 la majorité du temps.
Il n’y aura pas de frais supplémentaires d’un autre sport en extra-scolaire pour eux cette année.
La multitude d’ateliers proposées leur permettant de s’initier avant de faire un choix si besoin.

Et chez vous, comment cela va se passer cette rentrée ?
Etes-vous bien informé du projet de votre école ?

 

en savoir +

Rendez-vous sur Hellocoton !